Deux poids, deux mesures pour la liberté d’expression à Nice

Communiqué de presse de Fouzia AYOUB, porte parole du PS06, après annulation de la conférence de Shlomo SAND

Liberté expression1 Liberté2

En l’espace de moins d’un an, l’historien Shlomo SAND, qui devait animer jeudi 17 septembre 2015, une conférence sur le thème « Israël et Palestine, comment gagner la paix ? »,  se voit refuser, pour la seconde fois, une salle municipale par le maire de Nice.

Pourtant, Monsieur ESTROSI déclarait encore ce samedi 12 septembre à Valeurs Actuelles : « En janvier dernier, nous étions des millions à affirmer notre attachement viscéral à la liberté« . Par ce nouveau refus, il vient prouver encore une fois que son expression fétiche « je dis ce que je fais et je fais ce que je dis » n’est qu’une simple posture qui vient s’échouer dans son cimetière de promesses non tenues.

En janvier dernier, j’avais déjà interpellé son adjointe, Madame Maty DIOUF, en lui demandant sur quels critères se fondait la ville de Nice pour autoriser ou non la mise à disposition d’une salle municipale à un conférencier pour s’exprimer sur un sujet (cf. les deux correspondances sur ce sujet en pièces jointes). Elle avait répondu, s’agissant d’Eric ZEMMOUR dont la conférence avait été autorisée par la mairie, qu’il fallait laisser s’exprimer toutes les voix : « Quand des puissances politiques, médiatiques et économiques se coalisent pour exclure du débat public une partie des électeurs/téléspectateurs, c’est la démocratie qui est en jeu voire bafouée. »

Cette deuxième annulation d’une conférence de Shlomo SAND qui prend à contre-pied les arguments de sa propre adjointe, vient démontrer une nouvelle fois qu’en matière de liberté d’expression, Monsieur ESTROSI pratique un « deux poids deux mesures » extrêmement choquant.

En agissant ainsi, c’est la liberté d’expression et la démocratie qu’il bafoue.

Fouzia AYOUB

Porte-parole du Parti socialiste des Alpes-Maritimes