COMMUNIQUE DE PRESSE

Slogan anti-réfugiés sur la fédération du PS : Un acte lâche

Communiqué de Xavier GARCIA 
La nuit dernière, entre mardi 15/09 et mercredi 16/09, la devanture des locaux de la fédération départementale du PS a été intégralement recouverte par des slogans anti-réfugiés.
C’est un acte perpétré par des lâches, qui ont opéré en pleine nuit et qui n’assument pas l’hostilité aux réfugiés de guerre en évoquant uniquement le terme de clandestins.
Il témoigne une nouvelle fois d’un climat politique malsain dans notre département où l’amalgame et le mensonge sur les réfugiés est devenu un fonds de commerce pour entretenir les peurs à trois mois des élections régionales.
J’ai immédiatement déposé une plainte afin que les auteurs de cet acte soient retrouvés et je veux remercier les polices municipale et nationale pour leur implication. Le débat politique doit avoir lieu selon des procédures démocratiques. Ceux qui s’en prennent aux biens d’organisations politiques doivent en répondre devant la justice.
Communiqué du siège du Parti Socialiste
Les locaux de la fédération des Alpes-Maritimes du Parti socialiste ont été la cible, dans la nuit de mardi à mercredi, d’actes de vandalisme visant à dénoncer la décision de la France de prendre sa part dans la nécessaire solidarité européenne qui doit s’exercer pour accueillir des réfugiés qui fuient, dans des conditions effroyables, leur pays où leur vie se trouve menacée.

Dans un contexte politique régional où l’extrême-droite et la droite extrême se livrent à une autre guerre, électorale celle-ci, il n’est pas surprenant que ce soit à Nice, épicentre politique du mensonge et de l’amalgame nauséabond, que se déchainent les haines les plus abjectes.

Le Parti socialiste s’indigne de tels actes que le respect de la dignité humaine ne peut tolérer.

 

Deux poids, deux mesures pour la liberté d’expression à Nice

Communiqué de presse de Fouzia AYOUB, porte parole du PS06, après annulation de la conférence de Shlomo SAND

Liberté expression1 Liberté2

En l’espace de moins d’un an, l’historien Shlomo SAND, qui devait animer jeudi 17 septembre 2015, une conférence sur le thème « Israël et Palestine, comment gagner la paix ? »,  se voit refuser, pour la seconde fois, une salle municipale par le maire de Nice.

Pourtant, Monsieur ESTROSI déclarait encore ce samedi 12 septembre à Valeurs Actuelles : « En janvier dernier, nous étions des millions à affirmer notre attachement viscéral à la liberté« . Par ce nouveau refus, il vient prouver encore une fois que son expression fétiche « je dis ce que je fais et je fais ce que je dis » n’est qu’une simple posture qui vient s’échouer dans son cimetière de promesses non tenues.

En janvier dernier, j’avais déjà interpellé son adjointe, Madame Maty DIOUF, en lui demandant sur quels critères se fondait la ville de Nice pour autoriser ou non la mise à disposition d’une salle municipale à un conférencier pour s’exprimer sur un sujet (cf. les deux correspondances sur ce sujet en pièces jointes). Elle avait répondu, s’agissant d’Eric ZEMMOUR dont la conférence avait été autorisée par la mairie, qu’il fallait laisser s’exprimer toutes les voix : « Quand des puissances politiques, médiatiques et économiques se coalisent pour exclure du débat public une partie des électeurs/téléspectateurs, c’est la démocratie qui est en jeu voire bafouée. »

Cette deuxième annulation d’une conférence de Shlomo SAND qui prend à contre-pied les arguments de sa propre adjointe, vient démontrer une nouvelle fois qu’en matière de liberté d’expression, Monsieur ESTROSI pratique un « deux poids deux mesures » extrêmement choquant.

En agissant ainsi, c’est la liberté d’expression et la démocratie qu’il bafoue.

Fouzia AYOUB

Porte-parole du Parti socialiste des Alpes-Maritimes

Demande de renforts policiers: de qui se moque Christian Estrosi?

Avec le temps nous avons pris l’habitude du culot quasi proverbial de Christian Estrosi. Mais en exigeant du préfet des renforts policiers après les deux meurtres par balle qui ont eu lieu à l’Ariane et aux Moulins, il dépasse toutes les limites de l’incohérence politique.

De qui se moque t-il pour réclamer des policiers supplémentaires trois ans après avoir fait partie d’un gouvernement qui a supprimé pas moins de 12.000 postes de policiers et gendarmes, une saignée sans précédent dans nos effectifs de sécurité.

Cette nouvelle provocation lui permet surtout de se défausser de ses responsabilités dans les quartiers de l’Ariane et des Moulins, où depuis plusieurs années aucun travail de fond n’est effectué, si ce n’est le clientélisme éhonté du maire de Nice et de son adjointe à la politique de la ville, Madame Estrosi-Sassone, qui a beaucoup contribué à la dégradation du climat dans ces deux quartiers en délaissant les plus faibles et en donnant le sentiment à certains qu’ils étaient au-dessus des règles communes.

Pour ne pas en arriver à la même situation qu’à Marseille, chacun doit assumer ses responsabilités : la police, qui doit agir vite et fort, mais aussi le maire, qui doit changer de méthode dans les quartiers difficiles et se montrer moins complaisant et plus à l’écoute des habitants.

Xavier GARCIA
1er secrétaire fédéral du PS 06

Migrants mineurs : halte à l’exploitation politicienne

 

Alors qu’il a, en tant que président du Conseil départemental, la responsabilité des mineurs errants, notamment des très jeunes migrants, Eric Ciotti a une fois de plus fait un coup médiatique en réclamant des tests osseux pour les mineurs étrangers, transformant ainsi des enfants et adolescents en grande détresse en suspects potentiels.

Cette instrumentalisation de la misère et de l’enfance à des fins politiciennes est lamentable et elle est aussi une insulte aux travailleurs sociaux du Conseil départemental qui font face à la situation avec une humanité et un professionnalisme qui doivent être soulignés.

Je regrette par ailleurs que Cécile Dumas, dont je partage les préoccupations humanitaires, ait jugé bon dans le contexte de crispation actuel de dévoiler la mise à disposition par la Région d’un lycée avant même que les mineurs migrants y soient installés. Nous avons le devoir collectif de protéger les mineurs errants d’où qu’ils viennent et cette protection passe en premier lieu par un impératif de discrétion que Mme Dumas a oublié.

Il ne sera pas possible d’avoir un débat intelligent sur l’immigration tant que ce sujet fera l’objet d’exploitations politiciennes systématiques

Xavier GARCIA
1er secrétaire fédéral du PS 06