[COMMUNIQUE DE PRESSE] Plan vélo à Nice : un signal positif mais il faudra faire beaucoup plus

COMMUNIQUE DE PRESSE

Plan vélo à Nice :  un signal positif mais il faudra faire beaucoup plus

Toute avancée est toujours bonne à prendre et le plan vélo présenté par Christian Estrosi en compte un certain nombre qu’il convient de saluer, notamment sur le stationnement avec une augmentation de places de stationnement dédiées et sur les pistes cyclables du centre-ville.

Mais si l’objectif est de rattraper le retard colossal de la ville de Nice (où 2% des déplacements se font en vélo) sur des villes comme Strasbourg, Lyon ou Bordeaux (15% des déplacements), alors il faudra faire beaucoup plus.

En premier lieu, comme souvent, les mesures annoncées sont confinées à l’hyper-centre ville comme si on ne sortait pas d’une logique où le vélo est moins un mode de déplacement quotidien qu’un vecteur touristique. L’axe Nord-Sud qui est l’un des gros points noirs n’est pas traité au-delà de la gare Thiers. Et l’Est de la ville est totalement négligé.

Outre la faible densité de pistes cyclables qui se limitent à de la peinture, il n’y a toujours pas de stations de Vélos Bleus au-delà de Pasteur. Il faudrait en installer jusqu’à La Trinité, d’autant que la topographie est favorable. Autre quartier en périphérie du centre-ville à équiper immédiatement : la Madeleine.

D’autre part, outre la reconversion des anciens couloirs devenus obsolètes en pistes cyclables, le réseau demeure particulièrement inadapté. Une piste cyclable doit être en double sens, sécurisée et dans une rue à sens unique. A Nice, elles sont la plupart du temps dangereuses et rien n’est prévu pour revoir drastiquement le plan de déplacement et remédier à ces insuffisances en créant plus de rues à sens unique pour faire de la place à des pistes larges et sécurisées. C’est ce qu’ont fait toutes les villes où la pratique quotidienne du vélo a décollé.

En matière de stationnement, le plan présenté comporte de vrais progrès. Il faudrait simplement pouvoir donner aux vélos électriques un accès gratuit aux parkings publics dans des espaces sécurisées. La topographie niçoise est très favorable aux engins électriques mais beaucoup renoncent à en faire un usage quotidien par peur du vol.

Le plan ne dit rien non plus sur cet aspect qui est fondamental. Le vol de vélo est un fléau silencieux à Nice. Peu de gens portent plainte mais les vols sont très nombreux. Pour y remédier, il faudrait une aide de la ville pour que des associations puissent procéder au marquage les vélos des particuliers.

Plus généralement, le milieu associatif doit être davantage soutenu pour créer un réseau de services et un environnement favorable à la pratique quotidienne. A titre d’exemple il n’existe aucune possibilité de faire gonfler ses pneus entre Gambetta et le Port.

Enfin, à titre expérimental, des bus desservant les zones collinaires pourraient être équipés de portes-vélos. C’est un service mis en place par la ville de Madrid et cela fonctionne remarquablement.

Dans l’une des agglomérations les plus polluées de France, l’enjeu mérite qu’on mette les bouchées doubles.

Xavier Garcia
1er secrétaire du PS 06

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.